Ministère de la Défense à Paris

Paris / France / 2015

24
24 Love 3,815 Visits Published

Le nouveau ministère de la Défense, projet majeur dans la production de l’agence, présente la complexité d’une opération à la fois urbaine et architecturale. Il a été attribué à ANMA en 2008 à l’issue d’un dialogue compétitif en trois phases, réunissant 9 équipes internationales.


Il est implanté sur un site de 16,5 hectares répartis sur 3 parcelles : à l’est, la parcelle Victor (8,5 ha) occupée par la Cité de l’Air dont les bâtiments ont été déconstruits, rénovés ou réhabilités ; au centre, la parcelle Valin (5 ha) sur laquelle est édifié le bâtiment principal du ministère et enfin, à l’ouest, la « Corne » qui consacrée à un programme immobilier tertiaire.


ANMA a eu en charge la coordination des trois parcelles, la construction sur la parcelle Valin du bâtiment principal du ministère (145 000 m2) et la restructuration du bâtiment dit Perret, et sur la parcelle Victor, la construction du bâtiment Vigie et du bâtiment H, ainsi que l’aménagement d’une nouvelle voie entre la parcelle Valin et la Corne Ouest.


Cette opération a été réalisée en 4 ans à peine, en partenariat public privé (PPP). Dans ce mode opératoire, l’entreprise (groupement Bouygues Thalès) qui construit, est en même temps maître d’ouvrage. Elle assure l’investissement, le chantier puis la maintenance de l’édifice pendant les 30 années durant lesquelles elle est propriétaire du bâtiment, et le ministère lui paie des loyers (152 millions d’euros/an).


L’objectif du projet consistait à regrouper sur un même site, des entités ministérielles auparavant dispersées sur une quinzaine de lieux dans Paris. Le bâtiment devait symboliser la réforme de l’armée avec pour critères, modernité, transversalité, efficacité et dépenses maitrisées. C’est pourquoi le ministère est un bâtiment à la fois régalien et discret, imposant et furtif. Son architecture conjugue une monumentalité apparente et un paysage de jardins qui représentent 60% de la surface au sol, puisque les immeubles sont construits sur pilotis.


Véritable ville dans la ville, et articulant sur un seul site les bureaux des états-majors et différents équipements dont deux crèches et une piscine, le ministère prend la forme d’une enceinte complexe hermétique mais animée et aérée à l’intérieur. Il s’agit d’un campus arboré, avec de nombreuses cours plantées introduites dans le maillage du bâtiment.


Le plan répond à une géométrie dynamique qui se développe en rhizome à partir d’une figure symbolique centrale : l’Hexagone. Sécurité oblige, le parti architectural repose sur la déclinaison du concept de défense : dans ce vaste quadrilatère, le siège des Hautes Autorités avec le niveau de protection le plus élevé, est en position centrale à l’abri des bâtiments moins sensibles situés en périphérie. Et le pôle de commandement opérationnel est logé dans un bunker de béton en sous-sol. Structurellement l’ensemble est spécifiquement conçu selon des critères de non-effondrement, de manière à limiter les effets de toute forme d’agression.


Posé sur pilotis, le bâtiment du ministère prend la forme d’un maillage dont les hauteurs varient de R+2 à R+8 avec au centre, l’élément dominant de l’Hexagone. Les volumes ont un gabarit comparable à ceux des arrondissements parisiens proches : six à sept niveaux autour de cours. En bordure de parcelle, la trame constructive de l’enceinte atteint 17 m, tandis qu’à l’intérieur, elle est de 11 m seulement. Cette trame fine a permis de dégager des espaces extérieurs généreux qui atténuent la densité de l’îlot, elle garantit l’éclairage naturel de chaque bureau.


La façade extérieure sur le boulevard constitue une enceinte protectrice. Elle projette une image de falaise abstraite car la structure béton et les fenêtres disparaissent sous une double peau de verre sérigraphié et de verre céramique. Ceux-ci variant de la transparence à l’opacité, composent des strates horizontales de différentes nuances de blanc, la couleur de la paix. Une faille monumentale facettée d’acier anthracite, telle une retombée de la toiture plissée, constitue l’entrée principale et officielle.


A l’intérieur, les façades des patios sont revêtues de panneaux de verre coloré calepinés comme des surfaces pixellisées. Elles conjuguent sept types de vert et deux gris-verts, ou bien sept types de bleu et deux gris-bleus, qui font volontairement penser aux motifs du camouflage militaire. Les façades de l’Hexagone central sont exclusivement blanches.


La forteresse s’abaisse vers le boulevard périphérique auquel elle ne révèle qu’une vaste toiture sombre plissée. Comme un origami de métal noir, cette cinquième façade dessine une topographie accidentée qui rappelle la technologie militaire des avions furtifs. Elle est dominée par les émergences de trois cheminées aérauliques de 42 à 45 m de hauteur, symbolisant les trois corps de l’armée (air, terre, mer).


Intégré au projet, le bâtiment existant (17 000 m2) construit par les frères Perret en 1934 et agrandi jusqu’en 1972, a été réhabilité. Sa volumétrie en U tronqué est insérée dans le maillage du nouveau bâtiment et son angle brisé rejoint les bras du rhizome développé dans l’enceinte du ministère. Ses façades inscrites à l’Inventaire supplémentaires des monuments historiques, ont été soigneusement préservées et remises en valeur, de même que les moucharabiehs et l’escalier monumental. A l’instar des constructions neuves, le bâtiment est recouvert d’une sur-toiture métallique l’intégrant visuellement à l’ensemble. Le bâtiment neuf et celui des frères Perret sont simplement reliés par quelques passerelles vitrées aussi neutres que possible afin de ménager la singularité des deux entités.


 


Qualités environnementales


En dépit de son apparente complexité, le projet est conçu comme une machine naturelle pouvant fonctionner de manière autonome 80 % du temps, grâce aux énergies renouvelables produites sur le site. Avec l’objectif de faire du bureau « autrement », ces 128 000 m2 de bureaux sont posés sur un jardin, dotés de fenêtres et dépourvus de climatisation - excepté les salles informatiques et les locaux en sous-sol. La consommation énergétique totale du site pour la ventilation, la climatisation, l’eau chaude et l’éclairage, s’élève à 43 kWh par mètre carré et par an, soit une valeur inférieure aux normes actuelles des bâtiments basse consommation. Ainsi, les 6 500 m2 de panneaux photovoltaïques en toiture couvrent jusqu’à 80% des besoins en énergie, en produisant l’équivalent de 10kWh/m2/an. C’est la plus grande toiture solaire de Paris. Quatre puits géothermiques répondent en quasi totalité aux besoins en rafraichissement, soit par échange direct dans des plafonds rayonnants, soit par le biais de deux (thermo-frigo-) pompes à haut rendement qui récupèrent également les calories du data center et des salles informatiques, et peuvent couvrir environ 70% des besoins de chauffage ainsi que la production intégrale de l’eau chaude sanitaire. L’air neuf, capté dans les cours, rafraîchi par la végétation et l’eau, est extrait naturellement par les grandes cheminées grâce au gradient thermique et au vent.


Les patios végétalisés sont des îlots de fraîcheur en été grâce à l’évaporation de l’eau contenue dans les plantes et les bassins des jardins.


Dans ce bâtiment tertiaire, le modèle traditionnel du bureau cloisonné exigé par le programme, est adapté aux problématiques contemporaines : économies d’énergie, confort au travail, dimension humaine, mais aussi esprit de corps, valeur propre à l’armée concrétisée dans la composition en rhizome.

24 users love this project
Comments
View previous comments
    comment
    Enlarge image

    Le nouveau ministère de la Défense, projet majeur dans la production de l’agence, présente la complexité d’une opération à la fois urbaine et architecturale. Il a été attribué à ANMA en 2008 à l’issue d’un dialogue compétitif en trois phases, réunissant 9 équipes internationales. Il est implanté sur un site de 16,5 hectares répartis sur 3 parcelles : à...

    Project details
    • Year 2015
    • Work finished in 2015
    • Status Completed works
    • Type Government and institutional buildings
    Archilovers On Instagram
    Lovers 24 users