Le Cinq Codet

Paris / France / 2014

47
47 Love 3,404 Visits Published

Édifié dans les années 30, Le Cinq Codet déploie sa formidable personnalité, tel un vaisseau tout en transparence et courbes. Ses grandes baies vitrées à double hauteur signent sa façade quand la pureté de ses lignes et ses volumes intérieurs démesurés appellent une expérience inédite. Jean-Philippe Nuel décide de casser les codes de l’hôtellerie de luxe en imaginant « un esprit domestique sublimé », au diapason de ce 7ème arrondissement parisien, réputé pour son élégance et son calme. « C’est un langage domestique transcendé pour créer une émotion nouvelle » souligne l’architecte d’intérieur et designer. Du bâtiment totalement atypique naît une diversité exceptionnelle : pas moins de 29 typologies de chambres sur les 67 que compte l’hôtel ! Une originalité qui amène une notion de liberté : ici, chacun peut s’approprier sa chambre, conçue comme un atelier d’artiste où cohabitent éléments de la sphère privée transcendés et tableaux présentés de manière aléatoire. L’Hôtel Le Cinq Codet célèbre en effet les artistes contemporains, réputés ou prometteurs : peinture de Caroline Touzet, Cyril Destrade-Léveillé, photographies de Jean-Pierre Porcher, Véronique Durruty, Christian Bassot, Christophe Dugied, Gilles Trillard, ou encore peintures et sculptures de Béatrice Grandjean, graphismes de Minakami Lab, tableaux de Julio Rondo. Pas moins de 400 oeuvres viennent ainsi conforter cette ambiance résidentielle inédite. A leurs côtés, les pièces de mobilier exclusives signées pour le lieu par l’Agence Nuel voisinent avec les icônes du design : Elisabeth Garouste, Tom Dixon, Patricia Urquiola.

Une bulle de sérénité
Élément central de l’hôtel, le patio verdoyant offre un abri naturel apaisant et soustrait à l’environnement urbain. Un claustra en jeu d’orgue invite à se rendre dans un havre où les essences végétales forment une canopée protectrice. D’amples banquettes circulaires en frêne conversent avec de confortables chaises à coussins blancs, parasols, chaises longues. Photophores et éclairages poétiques confirment le charme d’un lieu à part. Un sentiment éprouvé dès la découverte du lobby. Courant sous les fenêtres en bandeau, les bibliothèques enrichies d’oeuvres d’art et livres dialoguent avec un mobilier exclusif. A l’image des desks repensés en deux monolithes de marbre qui semblent attendre le ciseau du sculpteur, en écho aux photographies monumentales de Jean-Pierre Porcher, réalisées à partir des oeuvres de Rodin. De gigantesques abat-jours cubiques se déploient jusqu’au plafond et impriment le « concept de boîtes objets » développé dans l’hôtel. Emblématique du raffinement des éditions Charles, le bureau organique du concierge Clé d’Or, dessiné par l’Agence Nuel, confirme la personnalité de l’établissement. Pensé comme le prolongement naturel du patio, le lounge bar cultive l’ambiance d’un lumineux loft atelier avec canapés, vert ou noir, d’inspiration années 30-40, tabourets de bar teintés chêne clair, paravents d’acier percé. Un mobilier imaginé pour parfaitement s’adapter aux besoins des hôtes. Rendez-vous d’affaires informel au coin de la cheminée, thé post-expositions – le quartier regorge de musées, Rodin, Invalides, Orsay -, ou encore pause post-shopping dans les rues voisines (Clerc, Saint-Dominique). Le petit-déjeuner est lui aussi réinventé : servi autour d’une table d’hôtes créée sur mesure en îlot central, elle permet au chef de converser avec ses clients et de concrétiser directement leurs envies dans sa « show kitchen ».

Paris autrement
Au dernier étage de l’hôtel, quatre suites exceptionnelles avec terrasse paysagée dévoilent une vue unique sur Paris. Au premier plan, le Dôme tricentenaire des Invalides révèle ses trophées ciselés dans l’or, un spectacle à savourer confortablement installé sur un transat ou même dans son jacuzzi privé, enveloppé des parfums des plantes voisines : oliviers de Bohême, gauras, menthe australienne, roses, camélias. De l’autre côté, la Tour Eiffel se dresse fièrement, entourée des toits, jardins et monuments parisiens. Baignée de lumière naturelle, chaque suite au luxe non ostentatoire, cultive un agencement atypique, offrant de nombreux scenarii de vie. Les portes coulissantes permettent ainsi de réunir les différents lieux, chambre au lit king size face au panorama fascinant, salon évocateur d’un loft de collectionneur avec parquet de chêne huilé, canapé magistral, totem lumineux, en laiton patiné bronze habillé de boules de verre soufflé. Placée elle aussi face à la terrasse et la vue sur Paris, la salle de bain marie mur de chêne, carrelage blanc et foncé, avec vasques « abat-jours » et baignoires posées devant la baie vitrée, une expérience inoubliable.
L’originalité de l’hôtel transparaît dès les couloirs où les encorbellements dessinent une géométrie singulière, soulignée par le travail graphique de Béatrice Grandjean. L’idée d’un appartement de collectionneur à s’approprier jaillit dès la porte franchie. La gamme chromatique douce (chêne naturel, écru et blanc) met en valeur la luminosité du lieu et la beauté des volumes, travaillés en courbes accueillantes piquées de références au design industriel. Dans les chambres duplex, la banquette d’angle se prolonge dans un escalier flanqué d’une paroi à sommet arrondi, percée d’un hublot inspiré des paquebots des années 30. La rondeur de la table dessinée par le designer Jean-Philippe Nuel avec piètement en lin résiné et plateau de verre fumé répond à celle du lustre architecturé en schéma d’atomes qui le surplombe. La banquette peut remplacer le traditionnel porte-valises, volontairement supprimé, alors que les marches de l’escalier, à balisage intégré, offrent un siège informel. La porte coulissante en miroir dépoli ouvre sur la salle de bain. Le parquet en trompe-l’oeil et ses éléments en bois viennent joliment prolonger l’espace. Cocon lumineux plein de personnalité, la chambre où le lit voisine avec la baignoire îlot, conforte l’expérience de vivre Paris différemment, de l’intérieur, en toute quiétude. Tables de chevet et liseuses métalliques, pour une touche industrielle décalée, dialoguent avec photographies et peintures disposées de façon aléatoire sur la tête de lit et le canapé.

Bien-être
Enveloppé de bambous, agrémenté d’une chaise à balancelle et coiffé d’une lampe cylindrique, le jacuzzi extérieur invite à la relaxation absolue. A ses côtés, cabine double et hammam mixtes, ainsi que tisanerie, prolongent le bien-être. La salle de fitness est équipée de tous les appareils pour entretenir sa forme.


47 users love this project
Comments
    comment
    Enlarge image

    Édifié dans les années 30, Le Cinq Codet déploie sa formidable personnalité, tel un vaisseau tout en transparence et courbes. Ses grandes baies vitrées à double hauteur signent sa façade quand la pureté de ses lignes et ses volumes intérieurs démesurés appellent une expérience inédite. Jean-Philippe Nuel décide de casser les codes de l’hôtellerie de luxe en imaginant « un...

    Project details
    • Year 2014
    • Work finished in 2014
    • Status Completed works
    • Type Hotel/Resorts / Interior Design / Custom Furniture
    • Websitehttp://www.le5codet.com/
    Archilovers On Instagram
    Lovers 47 users